actualites

yaounde-4eme-bURAM International en partenariat avec le bureau d’études Camerounais SADEG vient  de finaliser l’étude relative aux programmes d’investissement (PIP) et d’entretien (PEP) prioritaires des infrastructures et équipements urbains de la commune d’arrondissement de  Yaoundé 4ème au Cameroun initiée par la cellule de coordination du Projet de Développement des secteurs Urbains et de l’approvisionnement en Eau (PDUE).


La commune d’arrondissement de Yaoundé 4ème est située dans la partie sud-est de la Ville de Yaoundé. Sa population actuelle a été évaluée à 391 000 habitants (chiffre calculé à partir de la méthode dite des densités) pour une superficie de 5780 ha, soit une densité brute de 70 habitants à l’hectare environ. La commune a connu une urbanisation très rapide pendant les vingt dernières années et souffre de ce fait d’un manque général d’équipements. Des quartiers entiers sont encore enclavés, les voies éclairées ne représentent que 12 % du réseau et une partie de la population n’a pas encore accès à l’eau potable. Le ramassage des ordures ménagères ne couvre que les zones accessibles par le camion-benne favorisant la prolifération des décharges sauvages. La déficience du drainage des eaux pluviales et l’absence de traitements des eaux usées rendent la situation sanitaire et sociale encore plus difficile.


Par manque de moyens humains et matériels, les autorités communales restent dans l’incapacité de répondre aux besoins et ne peuvent pas mener à terme leurs projets d’investissement. Jusqu'ici, les efforts se sont surtout concentrés dans la résolution des problèmes urgents au détriment de toute tentative de planification.


Le diagnostic, mené à travers un Inventaire pour la Programmation des Infrastructures et des Equipements (IPIE), des discussions avec les autorités locales et la société civile ainsi que des enquêtes et observations de terrain a abouti à la proposition de 3 principaux axes d’actions :

  • Améliorer les conditions de vie des habitants
  • Améliorer l’attractivité de la commune
  • Améliorer la gouvernance urbaine

 

Compte tenu des moyens disponibles et des prérogatives de la Commune, les actions développées ne sont pas uniquement du ressort de la commune d’arrondissement. Il a donc été nécessaire d’impliquer en amont touts les acteurs (CUY, Ministères concernés, associations, etc.) de façon à établir un programme d’action général en fonction des possibilités et des priorités de chaque intervenant. Les projets présentés à la commune et ses partenaires ont servi de base de concertation pour choisir les projets jugés prioritaires en fonction de l’enveloppe budgétaire disponible. Ces projets concernent l’amélioration de la gouvernance urbaine (fichier des contribuables, manuel de procédures, système de gestion informatisé, formation du personnel), la réfection de la voirie dégradée, l’éclairage public, le drainage, la pré collecte des ordures ménagères et l’aménagement de points d’eau potable.


Une séance d’arbitrage tenue à la commune d’arrondissement a permis aux participants de retenir les projets pour le PIP à l’horizon 2015.


En ce qui concerne le PEP, les besoins les plus importants sont relatifs à la voirie, aux réseaux divers (eau, électricité, drainage, assainissement...) et à l’entretien du patrimoine qui connaitra une augmentation constante. S’agissant de suivre régulièrement l’état des infrastructures et des équipements, l’entretien courant ne pourra être réalisé que par la commune qui pourra toutefois déléguer la gestion et l’entretien de certains équipements. Face à ces dépenses, l’audit organisationnel et financier a néanmoins révélé que la Commune devra trouver de nouvelles sources de financement et s’associer à d’autres partenaires tels que la CUY qui pourra prendre en charge par exemple l’entretien de l’ensemble de la voirie.